Search

Filter by category

Filter by author

Pornologie vs capitalisme : Le groupe de happening Zero Jigen, Japon 1960-1972

Zero Jigen (dimension zéro), le plus important groupe de happening du courant antiart, opéra de manière intensive de 1960 à 1972 à Tôkyô et dans tout le Japon, au moyen de rituels provocateurs, les gishiki. Sa guérilla contre-culturelle “arterroriste” consistait en une praxis de l’obscénité dans l’espace public d’un pays en surcroissance qui déniait ses réalités sociétales (violente crise politique, pollutions, guerre du Viêt Nam). Malgré cette intensité créative (300 happenings), Zero Jigen, contemporain du butô de Hijikata Tatsumi et de Gutaï, fut méprisé par la critique au Japon et demeure inconnu ailleurs. Occultation durable confirmant la validité de ses actions improductives reniant formes esthétiques, castes artistiques et parasitant la construction de l’image moderniste du capitalisme japonais. Le Refus de Zero Jigen est une pornologie subversive passant par “le corps” qui, à la différence de nos conceptions, est désindividualisé, dépotentialisé, désublimé et radicalement utopique. Basée sur des sources japonaises, cette monographie, la première dans une langue occidentale sur Zero Jigen, donne accès à un contexte historique bousculant les stéréotypes d’harmonie sociale de sérénité esthétique trop souvent attachés à l’objet Japon. “Bibliothèque art action pensée” est construite sur la mémoire de l’actionnisme viennois et plus particulièrement sur celle d’Otto Muehl. Elle donne la parole à ceux qui osent le pari de la concurrence avec l’ordre établi, avec les valeurs saisies dans la tenaille “églises/état”. La collection publie les essais vécus et “hétérotopiques”, rassemble les arts liés à l’action, au vécu – dérangeant, vital, sexuel, politique…

Text: Fernandés Brumo. cm 17×24; pp. 464; BW ills.; paperback. Publisher: Les Presses du Reél, Dijon, 2014.

ISBN: 9782840666271| 2840666278

 45,00

Product price:
Additional options total:
Order total:

Product Description

Zero Jigen (dimension zéro), le plus important groupe de happening du courant antiart, opéra de manière intensive de 1960 à 1972 à Tôkyô et dans tout le Japon, au moyen de rituels provocateurs, les gishiki. Sa guérilla contre-culturelle “arterroriste” consistait en une praxis de l’obscénité dans l’espace public d’un pays en surcroissance qui déniait ses réalités sociétales (violente crise politique, pollutions, guerre du Viêt Nam). Malgré cette intensité créative (300 happenings), Zero Jigen, contemporain du butô de Hijikata Tatsumi et de Gutaï, fut méprisé par la critique au Japon et demeure inconnu ailleurs. Occultation durable confirmant la validité de ses actions improductives reniant formes esthétiques, castes artistiques et parasitant la construction de l’image moderniste du capitalisme japonais. Le Refus de Zero Jigen est une pornologie subversive passant par “le corps” qui, à la différence de nos conceptions, est désindividualisé, dépotentialisé, désublimé et radicalement utopique. Basée sur des sources japonaises, cette monographie, la première dans une langue occidentale sur Zero Jigen, donne accès à un contexte historique bousculant les stéréotypes d’harmonie sociale de sérénité esthétique trop souvent attachés à l’objet Japon. “Bibliothèque art action pensée” est construite sur la mémoire de l’actionnisme viennois et plus particulièrement sur celle d’Otto Muehl. Elle donne la parole à ceux qui osent le pari de la concurrence avec l’ordre établi, avec les valeurs saisies dans la tenaille “églises/état”. La collection publie les essais vécus et “hétérotopiques”, rassemble les arts liés à l’action, au vécu – dérangeant, vital, sexuel, politique…

1
×